Après les bébés nés sous X, en voici un né sur (RER) A. Venu au monde hier dans un wagon à la station Auber. Ça aurait pu tomber plus mal comme station de naissance : Javel par exemple (très propre sur soi, mais bon…) ou Luxembourg (devoir préciser toute sa vie que c’est en France) et bien d’autres encore ("T’es né où ?" "Issy" "Quoi ? Ici ?" "Non, Issy, la station de RER").

Les pompiers ne sont pas tout de suite intervenus. Deux personnes ont aidé la femme à accoucher. D'autres sont parties sans rien faire. Tout s'est déroulé à l'intérieur avec une bâche plastique pour garder son intimité. A quand des wagons de maternité asceptisés avec tout le matériel adéquat ? Ou des sages-femmes patrouillant avec les contrôleurs ? Heureusement d’ailleurs qu’il n’y en avait pas sinon le bébé aurait pu être verbalisé. Au moins ça lui aurait donné une vraie raison d’hurler. Pas comme tous ces bébés qui crient sans raison dès qu’on les sort du ventre de leur mère et qui ressemblent à un joueur de foot simulant une faute.

Commencer sa vie sur terre par une amende, c’est comme prendre un carton jaune alors qu’on est à peine rentré sur un terrain de foot. Y’a largement de quoi s’énerver. En même temps ça pourrait être une règle : l’arbitre qui aurait le droit de décider d’attribuer des cartons jaunes ou rouges sans même que le match n’ait encore commencé. Sans aucune raison. Comme ça, gratuitement. Ou pire : au faciès (#maisquestcequelleamagueule). A moins de désigner le dernier rentré sur le terrain, celui qui crache trop, celui qui a la pire coupe de cheveux (exit Neymar) ou qui a le plus mal chanté l’hymne national. Ça forcerait les joueurs à se dépêcher, bien se tenir, arrêter de se coiffer n'importe comment et à prendre des cours de chant. Une manière de redonner au football ses lettres de noblesse. Et au RER A un certain standing si les contrôleurs avaient les mêmes droits (attention à ceux qui sifflotent faux ou chantonnent mal, surtout s'ils ont une coupe de footballeur).

NMQ_2018_Bébé RER A